Illustration de Julie Derussy

Toutes les nuits elle violait mes rêves Ma nébuleuse ma femme mon amoureuse Toutes les nuits traînée d’or dans mes bras Filante la garder la garder contre moi M’accrocher à des songes épouser des baisers Les étoiles sont ici les étoiles resteront. Mais ma mie je n’ai jamais vu La voie lactée chanter Au cœur Read More →

Illustration de Denis

J’écris toutes les frénésies le stupre et la luxure, la maman et la putain, mille et une scènes de cul, en couleurs et en ardeurs. Ça s’effeuille comme à l’automne poésie des corps étreints, poésie des vies froissées. Tous ces désirs, ces peaux l’une contre l’autre, ces sexes qui se cherchent, tous ces désirs, où Read More →

Guirlande

Les lumières sont fugaces Elles dansent autour de moi S’allument et puis s’éteignent Elles rêvent de ta bouche De tes yeux de tes mains Les lumières m’entrelacent En attendant ta voix En espérant tes pas Les lumières sont fugaces Elles filent comme nos joies.

Ronde-mouette

Elles dansent les mouettes elles dansent Elles dansent sur l’eau sans sel Elles dansent le gris du ciel Elles dansent les mouettes elles dansent La nuit qui vient la vie qui va le temps qui tourne Elles dansent jusqu’à la fin.

Londres-nuit

La nuit à Londres S’habille De couleurs et d’ombres La nuit à Londres Il y a Des ponts de lumières Des citrouilles en robe rose Des baisers de Tamise Des mouettes qui sanglotent Des bières trop vite bues Des bouquets de reine Des bus rougissants La nuit à Londres Une horloge soupire Des frénésies bleues Read More →

Pensee-feuille

Des arbres ouverts comme des mains Tendues vers le ciel Versent sur le sol Des jonchées d’automne De soleils oubliés De feuilles décédées Elles tournent un instant Avant de s’en aller Habiter la terre Si je m’en vais je veux Tournoyer Jusqu’au dernier frisson.

BigBen

Je voudrais Voir danser les rouages Mécanisme infini Derrière les aiguilles Je voudrais Qu’on me montre le temps Faire sa ronde au fond Du ventre de l’horloge Et puis juste une seconde Suspendue à tes lèvres Arrêter tout ça.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Sois à moi ma jolie Je t’offrirai Des bouquets de feuilles mortes Des papillons de cendre Novembre verdoyant Sois à moi ma jolie Je t’offrirai Des morsures silencieuses Des rougeoiements de fesses Et un sexe pleureur.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

A la flotte les souvenirs Oncle perdu chat oublié Les rires de la rue du Moutier N’ont plus d’écho depuis longtemps A la flotte les feuilles mortes Les arbres de la haie Ont tous été coupés A la flotte les cousins Le bleu de la piscine Octobre vous assassine